Les taux de crédit immobilier baissent encore à des niveaux inédits !

Les taux de crédit immobilier baissent encore à des niveaux inédits !

Emprunter pour acquérir un bien immobilier coûte chaque mois moins cher. En juin, le taux de crédit moyen s’établissait à 1,25% (1,17% sur 20 ans), contre 1,44% il y a six mois, selon l’organisme de caution Crédit logement. «On n’a jamais connu un paysage aussi favorable aux projets immobiliers des ménages, qui s’endettent depuis un an à un taux inférieur à l’inflation», constate l’économiste Michel Mouillart. Les bons profils peuvent obtenir un taux de 0,93% sur 20 ans, selon Empruntis, et même 0,8% si leur dossier est excellent.

Un ménage ayant emprunté 225.000 euros sur 20 ans en juin dernier, à un taux de 1,05%, déboursera par exemple 36.000 euros d’intérêts tout au long de son crédit, selon le courtier. C’est 33.000 euros de moins qu’un ménage ayant emprunté 223.000 euros sur la même durée en mars 2018 (70.500 euros d’intérêts avec un taux de 2,19%).

Les banques cherchent à séduire une clientèle de plus en plus large, et actionnent pour ce faire plusieurs leviers. Elles acceptent de prêter sur des durées plus longues – une stratégie rendue possible par la faiblesse des taux d’intérêt. En juin, le taux moyen constaté pour un prêt sur 25 ans ne dépassait pas 1,39%. Avec un bon dossier, il est même aujourd’hui possible d’emprunter sur cette durée à un taux inférieur à 1%. La moitié des moins de 35 ans s’engage ainsi sur 25 ans ou plus, contre 19% en 2014.

Les banques se montrent par ailleurs moins regardantes sur le montant de l’apport personnel. «45% des emprunteurs avaient un apport inférieur à 10% en 2018, contre 33% en 2013», constate Michel Mouillart. Tous ces éléments concourent à ouvrir le marché du crédit à des ménages jeunes et modestes qui en auraient été autrement exclus.

Les taux pourraient encore baisser

Soutenue par la politique monétaire de la BCE, cette conjoncture favorable aux emprunteurs devrait durer. En juillet, le taux moyen toutes durées confondues a encore baissé, à 1,21%, et «de nouvelles baisses ne sont pas exclues à la rentrée, notamment de la part des banques qui n’ont pas été les premières à améliorer leur offre», anticipe Maël Bernier, du courtier Meilleurtaux.

Seul hic de cette conjoncture favorable: un nombre croissant d’emprunteurs ne parvient pas à obtenir un crédit en raison de la faiblesse du taux d’usure, que les établissements bancaires n’ont pas le droit de dépasser. Le taux d’usure correspond au taux moyen constaté au trimestre précédent, augmenté d’un tiers, et s’établissait en juillet à 2,79% sur 20 ans, assurance comprise.

C’est là que le bât blesse: si les taux de crédit baissent, ce n’est pas le cas, ou très peu, du poste assurance, qui devient proportionnellement plus important. «Il est de plus en plus fréquent que des emprunteurs de plus de 50 ans ayant des problèmes de santé, et qui s’acquittent donc d’un coût d’assurance important, ne parviennent pas à obtenir leur financement», déplore Ulrich Maurel, président de la compagnie européenne du crédit.

2019-07-19T15:24:15+00:0019 juillet - 2019|
Slide background

LES NEWS